N’oubliez pas d’activer l’option de sous-titres en français, et de le configurer selon vos préférences

La lutte contre le Covid en Amérique latine se joue principalement dans les zones urbaines. Rappelons-nous que c’est la région la plus urbanisée de la planète, mais c’est aussi celle qui concentre la plus grande inégalité économique et sociale.

Certaines villes étaient mieux placées que d’autres pour faire face à ce problème. Mais la grande différence réside entre les villes qui réussissent à mobiliser leurs ressources internes et à maximiser leur plein potentiel en canalisant par une stratégie, les différentes dynamiques internes, je veux dire les dynamiques du secteur de la santé, du secteur économique productif, du secteur agricole, des universités, etc. Alors que les autres villes qui n’ont pas réussi à constituer une réponse commune au problème sont actuellement en proie à de nombreuses difficultés.

Dans le but de mettre en évidence certaines expériences concrètes qui peuvent inspirer des solutions dans d’autres contextes. Je voudrais vous faire part du cas de la ville de Rosario en Argentine.

La ville de Rosario, dans la province de Santa Fe, abrite environ un million 300 mille habitants. Le premier cas de décès par Covid19 en Amérique latine a été déclaré en Argentine. Le 3 mars, le premier cas a été déclaré au niveau national et seulement 11 jours plus tard, le premier cas a été déclaré dans la ville de Rosario.

Où se trouve la ville de Rosario ?
©Googlemaps

À la date du 30 avril, selon le site Web de l’Intendance municipale de Rosario, l’Argentine comptait 4285 cas confirmés de Covid19 et 216 décès. À cette date, la ville de Rosario comptait 98 cas confirmés, 53 cas suspects et un décès. Ces chiffres dépendent évidemment de l’évolution de la pandémie et de l’efficacité des stratégies nationales et locales.

Il faut noter que l’Argentine traversait avant la pandémie, une grave crise économique qui s’est traduite par une très forte dévaluation de sa monnaie. Malgré ces conditions, au cours des 20 dernières années, le gouvernement de la province et de la ville a constamment investi dans le système de santé publique, notamment dans l’infrastructure et le renforcement des capacités du personnel.

Mais il y a aussi un autre facteur, qui joue un rôle très important dans tout ce processus et dans la stratégie que Rosario est en train de mettre en place, et je veux parler de l’étroite coordination que joue le pouvoir public avec le secteur privé. Je citerai deux cas : le premier est celui du secteur des entreprises textiles ; les entreprises qui font partie de ce secteur ont adapté leur système et leur ligne de production pour produire des outils qui sont distribués au personnel de la Province et de la Ville. Spécialement des vêtements adaptés et « barbijos » ou des masques protectrices.

Le deuxième cas, c’est le rôle joué par le pôle technologique, en coordonnant des actions avec les réseaux d’entreprises, les écoles techniques, les associations de professionnels et de bénévoles, et produisent des masques de protection faciale qui sont distribués gratuitement au personnel de l’hôpital Carrasco et de l’hôpital Clemente Alavarez. Le pôle technologique a ainsi mis à la disposition de tous ces acteurs : l’espace « Maker », un espace spécialement conçu pour accueillir des entrepreneurs et des innovations, et aujourd’hui, équipé d’imprimantes 3D produit ces masques qui sont distribués gratuitement au personnel de santé de la Province et de la région.

Un « Réseau de production solidaire et volontaire » a ainsi été mis en place, qui permet d’accéder à ce type d’outils et de s’assurer que le personnel de santé est adéquatement équipé.

La logique de cette intervention peut être résumée dans ce qu’a déclaré le maire de la ville à travers son compte Twitter (@pablojavkin) qui était : « Protégeons ceux qui nous protègent ».

Des masques de protection faciale © Polo Tecnológico de Rosario

En guise de conclusion, je dirais que la stratégie de la ville de Rosario repose sur trois piliers : 

1° Assurer une prise en charge cohérente du secteur de la santé publique par le biais d’investissements tant dans les infrastructures que dans le développement des capacités. 

2° Coordonner étroitement avec les différentes dynamiques internes, en particulier le secteur privé ; et 

3° Assurer la cohérence de l’action en la canalisant par une seule stratégie qui est celle de : « Protégeons ceux qui nous protègent ».

Le Gouvernement de la province de Santa Fe a annoncé le lancement d’un “plan de relance économique”, fondé sur les travaux publiques, qui devrait créer 4500 nouveaux emplois. Selon le portail de nouvelles Notife : “le plan de relance analysé par les délégations de Rosario et Santa Fe de la Chambre argentine de la Construction prévoit que le paiement au titre de la dette de la province envers les entreprises -un peu plus de 3 milliards de pesos- Il s’agirait de leur fournir un soutien financier et de les rémunérer pour récupérer les emplois perdus”.

Je pense que l’expérience de Rosario, contient un potentiel très élevé pour inspirer des solutions qui peuvent être adaptées dans d’autres contextes, Si vous connaissez d’autres expériences qui ont un potentiel d’inspiration similaire, vous pouvez me contacter (ci-dessous dans les commentaires). Pour pouvoir ensemble documenter ces cas et pouvoir les partager par ce canal ; parce que je pense qu’il est plus important aujourd’hui que jamais de diffuser ce type d’information et de pouvoir montrer ce genre de cas parce que c’est une source d’inspiration pour adapter les solutions dans d’autres contextes.

Pourquoi certaines stratégies contre le Covid19 fonctionnent-elles mieux que d’autres? : le cas de la ville de Rosario, en Argentine

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *